24 novembre 2010

Je n’aime pas les enfants (2)

(pour rappel, le texte je n'aime pas les enfants 1 clic clic dessus le lien)

 

Rappelez-vous il y a quelques mois je vous racontais que j’avais du mal à papouiller un bébé et vouloir à tout prix embrasser un enfant qui n’avait pas l’air d’en avoir envie.

Evidemment si un enfant venait vers moi, je ne le rejetais pas bien sûr mais j’adoptais le même comportement qu’avec un adulte, il faut un temps pour s’apprivoiser, pour se découvrir avant d’être à l’aise.

Mais on m’a fait souvent comprendre que je n’avais sans doute pas l’instinct maternel.

Je terminais cette note en évoquant l’instinct maternel et en posant la question :

C’est quoi l’instinct maternel ?

Le Petit Robert donne comme définition de l'instinct : "impulsion qu'un être vivant doit à sa nature." "Tendance innée et puissante commune à une espèce". La question étant de savoir si s’occuper d’un enfant c’est inné et si c’est commun à toute notre espèce.

Vu les infanticides, la pédophilie, sur ce dernier point je dirais d’emblée que non ce n’est pas commun à toute notre espèce.

Il faudrait là aussi mieux cerner ce qu’on entend par s’occuper d’un enfant : subvenir à ses besoin, le nourrir, le construire, lui transmettre nos connaissances, l’aimer et le câliner, etc…

Une part d’inné sans doute, de conditionnement et d’éducation aussi mais beaucoup d’apprentissage aussi.

Eduquer et même nourrir cela s’apprend, l’instinct primaire animal suffit peut-être à maintenir en vie, à protéger mais pas à élever son enfant.

J’avoue que j’ai du mal avec tout ce qui est prédéfini, qui rentre dans une case.

Je ne crois pas au déterminisme mais je pense que tout se construit, que c’est la somme de nos expériences qui fait de nous les êtres que nous sommes.

Dès lors je ne suis pas d’accord pour dire que tout repose sur l’instinct maternel et que les personnes qui en seraient dépourvues, celles qui ne sont pas attendries à la vue d'un nourrisson feront de mauvaises mères.

Beaucoup de jeunes filles culpabilisent de ne pas ressentir de désir d’enfant et le vivent comme une anormalité, mais ce prétendu instinct maternel commun aux espèces animales peut se mettre en place pendant la grossesse ou après l’accouchement sans qu’il soit nécessairement visible avant. On parlera plutôt d’amour maternel et paternel car on est souvent un peu isolée dans cette histoire d’instinct comme si le père n’avait aucun rôle à jouer.

C’est en m’informant, en écoutant les expériences des autres que je me sens prête, que je n’angoisse pas trop à la venue de ce bébé. Oh il y a beaucoup à apprendre mais cela se fera au jour le jour, par tâtonnement, par déduction, par essais, instinctivement aussi, en s’écoutant, en se fiant à notre ressenti.

Mais je ne pense pas que de façon innée on sache s’occuper d’un enfant, de la même manière que ce n’est pas inné d’aimer les enfants, d’aimer tous les enfants. On a besoin de passer par une phase d’appréciation mutuelle comme dans toutes les relations humaines.

Il y a des enfants que je n’aime pas, que je trouve cons et pas intéressants et d’autres avec qui le feeling passe rapidement.

Si on avait conscience de cela on se poserait moins la question de savoir si on est capable de bien s’occuper de son enfant, car oui on est tous capable d’apprendre à s’en occuper. Il y aurait sans doute moins de baby blues si on avait confiance en ses capacités d’apprentissage.

Une notion encore plus dangereuse pour moi que celle de l’instinct maternel et celle de l’horloge biologique, mais je vous réserve cela pour le 3ème volet de cette série de billets.

------

Ce blog est inscrit au concours Cosmopolitan "meilleurs espoirs blogs". Il y a des Tabbee à gagner, je ne sais pas ce que c'est mais ça à l'air cool.

Bon par contre il reste peu de temps pour voter (jusqu'au 20 décembre) alors je compte sur vous pour cliquer sur le lien ci-dessous ou sur le l'image dans la colonne de droite.

Vous pouvez voter une fois par jour !


macaron

Posté par sayyadina à 16:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Je n’aime pas les enfants (2)

    Je suis exactement pareil que toi, les gamins ça ne m'a jamais attiré. Du coup enceinte je m'étais posé plein de question parce que je me considérais comme pas maternelle du tout.
    Après trois ans de recul je sais que je suis attentive à mon enfant,que je le caline et que je m'inquiète comme toutes les mères. Par contre, s'il se fait un bleu sur le genou ça ne me retourne pas le coeur et s'il pleure sans réelle raison (quand il se blesse ou qu'il est malade je ne suis pas vache hein...) je laisse pleurer sans que ça me gène. Alors que certaines copines qui sont plus "maternelles" court pour le consoler parce qu'elles ne supportent pas de voir un enfant pleurer.

    Posté par Mary, 24 novembre 2010 à 18:53 | | Répondre
  • merci Mary de ton témoignage.
    Je sais pas contre me concernant que je serais sans doute très bisous, câlins et gagaterie en tout genre si je me réfère au comportement que j'avais avec mon chien à le bisouiller jusqu'à ce qu'il en ai marre et grogne de désespoir

    Mais je ne me sens pas d'avoir ce comportement avec les enfants des autres.

    Posté par Sayyadina, 26 novembre 2010 à 17:55 | | Répondre
Nouveau commentaire