22 décembre 2010

L'importance de ton regard

Le titre de ce post ne renvoie pas seulement au nom du recueil de nouvelles de Lionel Davoust qui m’a accompagné durant la journée qui a mené à la naissance de Cyann (eh oui, nous avons patienté longuement avant que le col de Sayyadina soit totalement dilaté, elle surtout bien sûr). Cela ne m’empêche pas d’inciter toutes les lectrices et tous les lecteurs de ce blog à acheter ce livre, le commander, obliger votre libraire préféré à l’avoir dans ses rayons, le lire et l’abandonner en cadeau sur un banc public, etc...

 

L’importance de ton regard, c’est le tien, Sayyadina, celui que tu as eu lorsque Cyann a atterri sur ton ventre. De l’expression de l’indicible souffrance qui brûlait tes yeux devenus égarés (c’est super, la péridurale, sauf quand elle cesse d’agir juste quand le col est totalement effacé et qu’elle n’aide plus lors de la phase cruciale du travail...), ce regard s’est transformé en un éclair de surprise émerveillée, de bonheur total, quand tu t’es tournée vers moi en disant « Qu’est-ce qu’elle est jolie ! »

 

L’importance de ton regard, c’est le tien, Cyann, alors que tu m’avais été confiée par la pédiatre dans une salle à côté de celle où l’accouchement a eu lieu, pendant que se terminaient les soins de ta maman. Le vernix caseosa qui restait sur tes yeux t’empêchait au début d’ouvrir les deux, te faisant ressembler à Popeye. Mais quand tu as pu décoller l’œil gauche, j’ai eu le privilège de recevoir en plein cœur ton premier regard, empli d’une profondeur prudente et mystérieuse, de l’intensité du petit animal prêt à découvrir, à se livrer si on montre sa sincérité, à apprivoiser et à se laisser apprivoiser tout en gardant intacte son intégrité.

 

Un regard semblable à  celui de ta maman qui m’a rendu, il y a plus de cinq ans maintenant, amoureux d’elle pour toujours.

 

Et mon regard sur Sayyadina est encore plus empli d’amour et d’admiration, devant la façon dont elle a enduré sans fléchir la longue torture de la cholestase gravidique et su garder encore assez de force et d’élan de vie pour amener Cyann à bon port, malgré le marathon de douleur qu’a été l’accouchement.

 

Ce regard concerne aussi toutes les femmes, croisées dans les couloirs de la maternité que nous avons souvent fréquentés durant les mois précédant la naissance, ces femmes qui ont partagé avec Sayyadina leurs histoires, dévoilant, devant l’auditeur incongru et presque gêné que j’étais, ces continents intimes et tus de leurs efforts douloureux, de leurs craintes, des embûches et des échecs qui parfois encombrent le chemin qui aboutit à la proclamation tonitruante de l’homme : « Ça y est, je suis papa ! »

 

Je ne minimiserai pas de le rôle du père, durant la grossesse, l’accouchement et tout ce qui suit, mais comme me disait le chauffeur de taxi qui m’a ramené at home le lendemain soir de l’accouchement : « Je me rappelle très précisément de l’accouchement de mes trois enfants. Ça nous apprend l’humilité, à nous les hommes... »

 

Le regard des praticiens de la santé revêt de même toute son importance, lorsque ceux-ci ne se cantonnent pas à accomplir le suivi et les gestes médicaux nécessaires à l’accompagnement de la grossesse ou la naissance, mais dépassent leur rôle pour investir leur intelligence, leur compétence et leur empathie pour devenir des complices de notre parcours. Nous avons déjà parlé ici du grand Lulu, sont venus le rejoindre celles et ceux que je ne citerai que par leur prénom, car même si c’est pour les remercier on ne peut révéler les noms ni le lieu d’exercice de professionnels de santé sur un blog : Christine, Carine, Magali, Yannick, Laura, Colleen, David, Sylvie, Marlène, Margot, Sophie.

 

A la toute fin de L’importance de ton regard de Lionel Davoust, une étoile s’éteint dans le ciel parce que plus personne n’est là pour l’observer. Pour être père, mon regard d’amour sur mes deux merveilles ne s’éteindra en aucun instant, nourri des flammes allumées durant ces 36 semaines de voyage fondateur.

Posté par mezcal à 00:36 - - Commentaires [11] - Permalien [#]


Commentaires sur L'importance de ton regard

    Roh bah voilà je suis en larme au boulot, c'est malin

    Posté par Moa, 22 décembre 2010 à 09:36 | | Répondre
  • Emouvant

    Ouais, je ne trouve que ça à dire à la lecture de ton post: "émouvant".
    Je sens dans tes écrits beaucoup d'amour pour les deux femmes de ta vie et ta grande fierté d'être père, et sincèrement, j'ai même l'impression que c'est au-delà de ça, mais je n'ai pas le mot pour définir l'état dans lequel je te sens en te lisant.

    Amitiés à vous

    Willy

    Posté par Jetwill, 22 décembre 2010 à 10:16 | | Répondre
  • Comme Moa...

    ..j'ai l'air fine à chouiner au boulot moi..

    merveilleux post.

    Posté par Xenia, 22 décembre 2010 à 10:51 | | Répondre
  • Imaginez comment j'ai pleuré en découvrant ce texte.
    Jamais on avait écrit un truc aussi beau...

    J'ai l'air maline maintenant a essayer de mettre des mots sur mon ressentit de l'accouchement...

    Sinon dans les nouvelles fraîches, on est rentré à la maison depuis hier avec Cyann \o/

    Posté par Sayyadina, 22 décembre 2010 à 16:15 | | Répondre
  • Waouw

    C'est beau.
    Mais c'est pas sympa de nous faire verser des larmes comme ça

    :*

    Posté par Sophie, 22 décembre 2010 à 17:33 | | Répondre
  • Wow...

    Waouh...
    Ton billet est magnifique, cher Mezcal, et je reste sans voix que vous associiez d'aussi près mes petites histoires à cet événement aussi fondamental et intense. Ca me bouleverse assez de penser que, bah voilà, ce titre ait pu résonner aussi fort. Tu me demandais en privé si tu ne m'en voulais pas d'avoir repris le titre du livre, tu rigoles, c'est le rêve de tout auteur, de pouvoir peut-être toucher les gens, de les accompagner peut-être un instant, qu'on le sache ou pas.

    Mais le plus important c'est vous, c'est Cyann. Tous mes voeux de bonheur à vous trois, je vous souhaite une magnifique aventure à apprendre à vous connaître, à vous découvrir, à évoluer ensemble, à vous épanouir.

    Yeaaaah !
    LD

    Posté par Lionel Davoust, 22 décembre 2010 à 18:03 | | Répondre
  • OH !!!!!!!!!

    Les marchands de mouchoirs vont faire fortune avec tous ceux qui vont tomber sur ton message...
    Qui sait ? tu ne voudrais pas nous offrir un livre qui raconterait, avec le peu de recul acquis, tout ce que tu as vécu ?
    Merci de nous avoir tout fait partager avec Sayyadina, pendant ces 36 semaines !!! Le bon, le moins agréable, mais surtout votre humour, en toutes circonstances.
    Pour tout ceux qui, comme moi, ne sont pas trop familiers des blogs, on comprend mieux tout à coup, l'importance des mots, quand ils sont aussi joliment dits...

    Posté par mimidu4563, 22 décembre 2010 à 19:42 | | Répondre
  • @ mimidu4563 : si je sors un livre un jour, ce sera dans le cas ultra-hypothétique où les contes que je vais inventer pour Cyann soient suffisamment corrects pour essayer de me faire éditer. J'ai déjà 3 personnages : Gérard l'âne mangeur de carottes, Lucie sa fiancée et Martha la tortue à moustaches. Reste à trouver les histoires, mais il y a le temps

    Posté par Mezcal, 23 décembre 2010 à 09:30 | | Répondre
  • Joyeux noel

    Casa

    Posté par Casa Dolce Casa, 24 décembre 2010 à 01:04 | | Répondre
  • Joyeuses fêtes en famille

    Posté par Moa, 24 décembre 2010 à 14:02 | | Répondre
  • Je crois que ce texte mériterait d'être imprimé sur un de ces beaux feuillets de papier gaufré, encadré sous verre et posé tout près de Maman et de Bébé.

    C'est la plus tendre, la plus pudique et la plus touchante déclaration d'amour que j'ai jamais lue.

    Je vous souhaite à tous trois tout le bonheur du monde.

    Posté par Tanou, 07 janvier 2011 à 23:32 | | Répondre
Nouveau commentaire