42 semaines ou le guide du fœtus voyageur

14 février 2011

L’heure des contes

Il faut le reconnaitre, ça fait une éternité que nous n’avons rien écrit ici.

Oui une éternité car chaque jour depuis l’arrivée de Cyann est un bout d’univers dont on aimerait arrêter le temps pour en profiter encore plus avant qu’elle grandisse, change, qu’elle ne soit plus un petit bébé !

Je voulais terminer ce blog grossesse en vous racontant mon accouchement mais finalement j’ai du mal à mettre des mots sur ce moment, je bute sur la façon de l’aborder, j’ai des idées mais pas des envies d’écrire...bref, je n’y arrive pas, c’est déjà derrière moi, loin, loin, loin !

Du coup on n’écrit rien car bizarrement il me semblait primordial d’accoucher de ce texte avant d’en commencer d’autres.

Alors on peut rester comme ça jusqu’à la saint glinglin ou faire fi de ce toc d’écriture et repartir ailleurs, sur de nouveaux textes.

Pourquoi ailleurs ?

Car la princesse Alien est devenue une vraie humaine avec deux yeux, un nez fort retroussé et une bouche adorable même quand elle pousse des petits hurlements, bref elle n’a plus rien d’un alien notre princesse or cet espace était dédié à la grossesse, ses joies (euh...il y en a eu quand-même) et ses désagréments.

Puis Mezcal râle car il invente des contes qu’il ne peut même pas mettre en ligne, alors il est l’heure des contes et il est temps de tourner la page sur ces 8 mois de grossesse, pas toujours facile, mais dont la douleur s’est envolée au premier regard de ma fille.

C’est avec  joie que je clôture ce blog et que je vous invite à nous suivre (s’il reste encore des survivants qui se baladent par ici) sur notre nouveau blog, dédié à notre vécu de nouveaux parents, un blog qui je l’espère vous plaira autant que celui-là, même soyons fous encore plus !!!

 

Venez nombreux sur Plume Lactée !!!

 

http://plumelactee.canalblog.com/


Posté par sayyadina à 14:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]


27 décembre 2010

Joyeuses Fêtes

Joyeuses Fêtes !!!


On profite de notre retour à la maison pour nous occuper de notre princesse et nous reposer un peu entre deux tétées.
Tout ce passe super bien, Mezcal a droit à de magnifique jet de caca et moi j'ai le bonheur des sourires quand elle prend le sein goulument. Elle grossit bien et a déjà dépassé son poids de naissance.
Elle est tellement sage et dort si bien que l'on doit la réveiller pour l'heure des tétées (même si c'est à la demande, on lui donne quand-même minimum une tétée toutes les 3-4h). On a vraiment de la chance d'avoir un bébé si tranquille et facile !

cyannjoyeusesfetes1

cyannjoyeusesf_tes2


cyannnoel1

cyannnoel2

cyannnoel3

Merci encore à Sophie pour l'adorable ensemble de noël dans lequel Cyann est trop craquante !

Posté par sayyadina à 12:29 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

22 décembre 2010

L'importance de ton regard

Le titre de ce post ne renvoie pas seulement au nom du recueil de nouvelles de Lionel Davoust qui m’a accompagné durant la journée qui a mené à la naissance de Cyann (eh oui, nous avons patienté longuement avant que le col de Sayyadina soit totalement dilaté, elle surtout bien sûr). Cela ne m’empêche pas d’inciter toutes les lectrices et tous les lecteurs de ce blog à acheter ce livre, le commander, obliger votre libraire préféré à l’avoir dans ses rayons, le lire et l’abandonner en cadeau sur un banc public, etc...

 

L’importance de ton regard, c’est le tien, Sayyadina, celui que tu as eu lorsque Cyann a atterri sur ton ventre. De l’expression de l’indicible souffrance qui brûlait tes yeux devenus égarés (c’est super, la péridurale, sauf quand elle cesse d’agir juste quand le col est totalement effacé et qu’elle n’aide plus lors de la phase cruciale du travail...), ce regard s’est transformé en un éclair de surprise émerveillée, de bonheur total, quand tu t’es tournée vers moi en disant « Qu’est-ce qu’elle est jolie ! »

 

L’importance de ton regard, c’est le tien, Cyann, alors que tu m’avais été confiée par la pédiatre dans une salle à côté de celle où l’accouchement a eu lieu, pendant que se terminaient les soins de ta maman. Le vernix caseosa qui restait sur tes yeux t’empêchait au début d’ouvrir les deux, te faisant ressembler à Popeye. Mais quand tu as pu décoller l’œil gauche, j’ai eu le privilège de recevoir en plein cœur ton premier regard, empli d’une profondeur prudente et mystérieuse, de l’intensité du petit animal prêt à découvrir, à se livrer si on montre sa sincérité, à apprivoiser et à se laisser apprivoiser tout en gardant intacte son intégrité.

 

Un regard semblable à  celui de ta maman qui m’a rendu, il y a plus de cinq ans maintenant, amoureux d’elle pour toujours.

 

Et mon regard sur Sayyadina est encore plus empli d’amour et d’admiration, devant la façon dont elle a enduré sans fléchir la longue torture de la cholestase gravidique et su garder encore assez de force et d’élan de vie pour amener Cyann à bon port, malgré le marathon de douleur qu’a été l’accouchement.

 

Ce regard concerne aussi toutes les femmes, croisées dans les couloirs de la maternité que nous avons souvent fréquentés durant les mois précédant la naissance, ces femmes qui ont partagé avec Sayyadina leurs histoires, dévoilant, devant l’auditeur incongru et presque gêné que j’étais, ces continents intimes et tus de leurs efforts douloureux, de leurs craintes, des embûches et des échecs qui parfois encombrent le chemin qui aboutit à la proclamation tonitruante de l’homme : « Ça y est, je suis papa ! »

 

Je ne minimiserai pas de le rôle du père, durant la grossesse, l’accouchement et tout ce qui suit, mais comme me disait le chauffeur de taxi qui m’a ramené at home le lendemain soir de l’accouchement : « Je me rappelle très précisément de l’accouchement de mes trois enfants. Ça nous apprend l’humilité, à nous les hommes... »

 

Le regard des praticiens de la santé revêt de même toute son importance, lorsque ceux-ci ne se cantonnent pas à accomplir le suivi et les gestes médicaux nécessaires à l’accompagnement de la grossesse ou la naissance, mais dépassent leur rôle pour investir leur intelligence, leur compétence et leur empathie pour devenir des complices de notre parcours. Nous avons déjà parlé ici du grand Lulu, sont venus le rejoindre celles et ceux que je ne citerai que par leur prénom, car même si c’est pour les remercier on ne peut révéler les noms ni le lieu d’exercice de professionnels de santé sur un blog : Christine, Carine, Magali, Yannick, Laura, Colleen, David, Sylvie, Marlène, Margot, Sophie.

 

A la toute fin de L’importance de ton regard de Lionel Davoust, une étoile s’éteint dans le ciel parce que plus personne n’est là pour l’observer. Pour être père, mon regard d’amour sur mes deux merveilles ne s’éteindra en aucun instant, nourri des flammes allumées durant ces 36 semaines de voyage fondateur.

Posté par mezcal à 00:36 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

20 décembre 2010

Les premières photos

Inutile de vous préciser que nous sommes complètement gaga de sa petite bouille de chipie !

cyann1

cyann3

cyann6

cyann8

Sage mais aussi parfois un peu punkette !

cyann_col_re

Un grand merci à l'équipe qui m'a accouché de nous avoir proposé de prendre cette photo juste après l'accouchement (qu'il faudra bien un jour que je vous raconte même si ça risque de choquer les âmes les plus sensibles !)

cyann_en_famille


Sinon pour vous donner les dernières nouvelles fraiches, Cyann est sortie hier après-midi de l'UPM (unité de pédiatrie en maternité) où elle était en couveuse depuis la naissance et à rejoint ma chambre.
La première nuit était géniale, heureusement que j'ai un réveil pour les heures de tétées car s je compte sur elle pour réclamer on est mal barré ! C'est une dormeuse qui ne pleure pas et ne réclame pas.

Posté par sayyadina à 11:53 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

16 décembre 2010

Bienvenue


LOFOFORA -- BIENVENUE
envoyé par seether33. - Découvrez plus de vidéos créatives.

Cyann est née le 15 décembre à 22h56.

Elle pèse 2,725 kg et mesure 47 cm.

Elle va bien et ne devrait pas rester trop longtemps en couveuse.

<

-------


Ce blog est inscrit au concours Cosmopolitan "meilleurs espoirs blogs". Il y a des Tabbee à gagner, je ne sais pas ce que c'est mais ça à l'air cool.

Bon par contre il reste peu de temps pour voter (jusqu'au 20 décembre) alors je compte sur vous pour cliquer sur le lien ci-dessous ou sur le l'image dans la colonne de droite.

Vous pouvez voter une fois par jour !


macaron

Posté par sayyadina à 11:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


14 décembre 2010

Fermeture exceptionnelle pour cause d’expulsion

Avis d’expulsion adressé à Princesse Alien.

 

Allo ici la Terre,

La dénommée princesse Alien  est priée de quitter les lieux le plus rapidement possible afin d’éviter toute altercation avec le corps médical.

Veuillez laisser en état l’intérieur tel que vous l’avez trouvé en y entrant et nous vous rappelons qu’il est totalement interdit de repartir avec un organe en souvenir.

Nous nous occupons de votre atterrissage, n’ayez aucune crainte vous êtes attendue avec la plus grande impatience.

Un repas tiède vous attend à la sortie du sas en guise de bienvenue.

En espérant que votre voyage en notre compagnie vous aura été agréable et que vous n’avez manqué de rien pendant votre séjour utérin.

Nous vous souhaitons la bienvenue sur la terre ferme, en espérant que cette planète vous plaira, Mademoiselle Cyann.


Découvrez la playlist Le guide du foetus voyageur avec Amandine Bourgeois


-------


Ce blog est inscrit au concours Cosmopolitan "meilleurs espoirs blogs". Il y a des Tabbee à gagner, je ne sais pas ce que c'est mais ça à l'air cool.

Bon par contre il reste peu de temps pour voter (jusqu'au 20 décembre) alors je compte sur vous pour cliquer sur le lien ci-dessous ou sur le l'image dans la colonne de droite.

Vous pouvez voter une fois par jour !


macaron

Posté par sayyadina à 08:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

08 décembre 2010

Je suis un ours polaire

 

Depuis quelques semaines je me suis découvert un nouvel ami, le froid. Moi qui viens du sud, qui aime la chaleur écrasante qui nous pousse à rien faire à part siroter une limonade au bord de l’eau (oui bon ok c’est une image, c’est rare que je sirote de la limonade), et quand vient l’hiver n'ayant d'autres choix que de se remplumer en cumulant au minimum 5 épaisseurs de vêtements, je ne supporte plus le moindre bout de tissu.

Bah oui je suis un peu ours sauvage aussi, évoluant nue mais hélas cela n’est pas possible, surtout que maintenant je suis hospitalisée et que ça ferait désordre.

Je me domestique donc aux us et coutumes de la société mais juste un minimum, une seule couche de vêtements (bon j’avoue que dehors je cumule un peu plus tant j’ai peur de choper la crève mais c’est vraiment horrible de sentir ses couches d’habits) de préférence amples pour pouvoir remonter le tee shirt manches longues en débardeur et transformer le pantalon en short.

Au niveau matière je suis devenue compliquée.

« De toutes les matières c’est la ouate qu’elle préfère, passive, elle est pensive, en négligé de soie.»

Cette chanson ne s’applique pas pour moi, ma matière de prédilection c’est le coton, mais pas tous les cotons j’ai une nette préférence pour le coton bio. La viscose est supportable, ainsi que la polaire (ben oui je suis un ours je vous dis) mais seulement si elle est très très douce.

J’ai banni l’acrylique ce qui tombe mal vu que mes pyjamas pour la maternité sont en acrylique ou en coton mais pas le bon.

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas en train de faire une rubrique mode et beauté sur ce blog, ni que je suis une capricieuse niveau choix de tissu. Je n’ai pas été non plus contaminée par la lecture des blogs mode qui pullulent dans le concours Cosmopolitan auquel je participe et pour lequel je vous invite à continuer de voter.

Cette introduction est juste une façon d’aborder mon état de santé qui ne s’améliore pas et cette cholestase gravidique qui devient synonyme de film d’horreur.

Les démangeaisons sont devenues de plus en plus forte, me laissant peu de répit et rendant difficile même la rédaction d’un billet ou ma participation sur le net à mes diverses activités.

Ça s’est accéléré d’autant depuis une dizaine de jours que le principe habituel qui était un jour mauvais et un jour meilleur permettant des phases de repos s’est transformé en 3-4 jours mauvais pour un jour bon. Comprenez par là que les jours mauvais sont souvent synonymes de nuit quasi blanche ou de phases de sommeils très courtes entre deux crises de démangeaisons.

Je ne souhaite à personne de connaître une fin de grossesse autant terrible, cette maladie est vraiment une calamité !

Le froid est donc mon ami car seul le froid calme un peu les démangeaisons.

Voilà ma recette de mère-grand pour attraper les abeilles avec des ours mal léchés (ou un truc dans le genre)!

Mettre des glaçons dans un sac congélation et mettre le sac dans un gant mouillé et essoré froid (pour plus d'efficacité je le mets au frigo) et se masser les zones qui grattent quand ça gratte. Le froid endort les démangeaisons et permet de limiter la durée des crises.

D’autres petites astuces qui aident bien :

- se limer les ongles tous les jours et se gratter le plus possible avec le bout des doigts.
- hydrater sa peau plusieurs fois par jour avec une crème bien grasse réparatrice. J'utilise Dexeryl car c'est remboursé à 100% et qu'il me faut un tube/semaine environ.
- douche tiède à fraiche : idem ça endort.

- le jus de pamplemousse paraît-il à des effets, j’en ai beaucoup bu mais j’ai arrêté à cause des remontées acides qui sont bien là depuis quelques jours !

Comme je suis aussi un ours plutôt domestique, j’ai souhaité être hospitalisée pour un meilleur suivi médical.

Je n’ai aucune envie de prendre de risque pour la Princesse Alien, elle a droit depuis lundi a une surveillance accrue, 3 monitorings par jours où son jeu préféré est d’essayer de dégommer les capteurs avec une force hulkesque, des prises de sang pour moi pour surveiller mes taux d’acides biliaires qui font le yoyo variant de 27 à 77, des échos pour vérifier qu’elle a bien la tête toujours en bas vu qu’elle pogote un max dans mon ventre etc…

Évidemment être à l’hôpital c’est accepter certains sacrifices comme celui de mal manger (je vous en parlerai dans un prochain billet) ou d’être tributaire du personnel devant attendre des heures parfois pour qu’on vous amène des glaçons pour endormir mes abeilles.

Mais c’est aussi une prise de conscience des médecins face à ma douleur et non pas seulement aux chiffres de mes bilans.

Face à ma situation et à leur impossibilité d’alléger ma douleur, rien n’y fait, aucun traitement ne marche sur mon prurit, d’un commun accord il a été décidé que j’accouche plus tôt que prévu.

Si je savais depuis des mois que je n’irai pas au-delà de 38SA, au fil des jours la date s’est rapprochée au vu de ma situation. On a essayé de passer à 38SA, puis 37SA, enfin à 36SA maximum pour finalement encore réduire peut-être au début de la semaine prochaine selon les résultats de vendredi.

Bref, le compte à rebours a commencé, j’ai hâte de cette rencontre avec Princesse Alien mais je dois avouer aussi que ce n’est pas mon unique motivation, j’ai hâte aussi de faire chasser les abeilles de ma peau et de libérer l’ours sauvage pour ne garder que le bisounours qui câlinera la plus désirée des petites filles.


-------

Ce blog est inscrit au concours Cosmopolitan "meilleurs espoirs blogs". Il y a des Tabbee à gagner, je ne sais pas ce que c'est mais ça à l'air cool.

Bon par contre il reste peu de temps pour voter (jusqu'au 20 décembre) alors je compte sur vous pour cliquer sur le lien ci-dessous ou sur le l'image dans la colonne de droite.

Vous pouvez voter une fois par jour !


macaron

Posté par sayyadina à 22:15 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 décembre 2010

La musique adoucit les nurses

Les fora de femmes enceintes sont emplis de comptes-rendus empiriques sur le sujet du rapport du bébé in utero et de la musique. Et, même si la question est traitée avec tout le sérieux nécessaire dans l'excellent documentaire "Le monde selon bébé" (1), une légende subsiste : le futur poupon serait particulièrement sensible à la musique classique ! Et surtout aux Quatre saisons de Vivaldi !

Souhaitant contribuer à la recherche scientifique, nous avons donc utilisé sans vergogne Cyann comme sujet d'expérimentation (2), pour tester les effets du célèbre compositeur.



Vous avez bien observé ? Et oui, il ne se passe absolument rien ! Cyann s'en tape totalement de Vivaldi, elle ne le calcule même pas ce vieux blaireau et sa musique de couche bien remplie !

 

Interloqués, nous avons poursuivi nos tests, persuadés que notre fille marquait d'ores et déjà sa singularité de future génie. (3)

 

Nous avons senti une nette amélioration de son ressenti en lui passant un morceau de PJ Harvey. Devons-nous en déduire qu'elle prendra le chemin du rock bizarroïde et du glamour inquiétant ?



Pour en avoir, le cœur net, mais aussi pour savoir si elle sera prête à aller voir dès sa naissance son parrain faire le chien sur scène avec Gogol 1er, nous avons poursuivi l'expérience avec Nina Hagen (non sans avoir au préalable injecté dans le placenta via le gosier de Sayya du Perle de lait coco, parce que nous ne sommes pas des exploiteurs d'enfants)

Et là, le doute est soudain venu nous habiter. Tout se passait comme prévu, jusqu'à ce que Nina fasse la poule, ce qui a semble-t-il rempli Cyann de la joie la plus pure. Serions-nous en train de faire fausse route, et la petite ne réagirait-elle qu'à ce qu'elle trouve amusant, comme tous les enfants, pas plus ?

 

Nous ne pouvions en rester là. Il nous fallait alors du lourd de sens, du sérieux, du poético/politique référencé. Du Ferré, quoi...

Nous étions rassurés : ce n'est donc pas par futilité infantile que notre pépite réagissait positivement  à tel morceau et pas tel autre. Mais la science est une perpétuelle remise en cause des hypothèses. Et un nouveau questionnement apparut : était-ce bien les mots de Léo qui la transportait, ou bien l'interprétation de Dionysos ? L'honnêteté nous obligeait donc  à lui passer Coccinelle.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que nous n'étions pas plus éclairés. Bien au contraire, la similitude des réactions nous faisait pencher vers l'hypothèse d'une simple réponse à des stimuli musicaux, sans grande intervention de la réflexion et de l'analyse.

 

Il nous fallait alors affronter la réalité, quitte à en retirer de la déception, en allant piocher dans l'expression lyrique sans fioritures d'After Forever.

Nous pensions, après cet essai, avoir échoué à démontrer l'originalité unique de notre poupée. Pis, nous en arrivions presque à accepter l'explication triviale et si répandue, à savoir que comme les autres foetus, elle appréciait ce que sa mère aimait écouter et s'en foutait du reste...

 

Mais, heureusement, un dernier test réalisé sans trop y croire nous a apporté la lumière et la preuve de l'extraordinaire maturité de Princesse Alien.

C'est évident : alors qu'elle n'est même pas née, notre merveille a déjà quatorze ans d'âge mental ! Elle est amoureuse de Matthew Bellamy, le chanteur de Muse, comme toutes les collégiennes !

 

 

C'est quand même beau la science, surtout quand on trouve ce qu'on cherchait à démontrer...

-----
(1) Ce documentaire fait 90 minutes, mais il peut passionner quiconque s'intéresse à la découverte des cinq sens par le fœtus et le nourrisson :
Part I
Part II

 

(2) Ben ouais quoi ! Elle ne pensait tout de même pas glander comme ça éternellement dans le ventre de sa reum ?

 

(3) Ce qu'elle sera évidemment, c'est un fait incontestable. Enfin, que vous n'avez VRAIMENT pas intérêt à contester devant nous...

-------


Ce blog est inscrit au concours Cosmopolitan "meilleurs espoirs blogs". Il y a des Tabbee à gagner, je ne sais pas ce que c'est mais ça à l'air cool.

Bon par contre il reste peu de temps pour voter (jusqu'au 20 décembre) alors je compte sur vous pour cliquer sur le lien ci-dessous ou sur le l'image dans la colonne de droite.

Vous pouvez voter une fois par jour !


macaron

Posté par mezcal à 15:58 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

02 décembre 2010

Je n’aime pas les enfants (3)

Tic tac, tic tac, fait l’horloge.

La biologique comme la mécanique rythme nos vies et nos heures.

Les filles parlent souvent de l’horloge biologique qu’elles auraient en elles et qui se déclencherait du jour au lendemain signalant le début du désir d’enfant.

Il n’y aurait pas d’âge pour qu’elle se déclenche et parfois même elle serait en panne ou grippée et ne sonnerait pas le début de l’aventure de la maternité.

Encore une belle invention humaine pour se justifier de vouloir ou ne pas vouloir se lancer dans la parentalité.

Autour de moi, tout le monde pensait que je n’aurais pas d’enfant - moi-même d’ailleurs à force qu’on le pense pour moi - car je n’avais aucun des signes extérieurs qu’ont celles dont l’horloge s’est éveillée.

Pas assez femme, éternelle apparence d’immaturité malgré les rides qui pointent. Avoir 20 ans dans sa tête ça n’aide pas à devenir adulte.

Pas assez fille, ignorant ce que sont les soirées copines, les magazines idiots bourrés de pub, préférant la compagnie des garçons.

Pas assez disponible, menant 10 passions en même temps, naviguant dans des univers autant distincts qu’inattendus, une vie remplie a-t-elle besoin de s’encombrer d’un enfant ?

Pas assez stable, déménageant, changeant de vie et d’homme pour ne se stabiliser que depuis quelques années.

Bref, mon horloge biologique n’a jamais fait tic tac et pour le monde je demeurais infertile par choix, ne montrant aucun intérêt pour les enfants, pour les discussions layette et éducation dont sont friandes les filles qui ont des désirs d’enfants.

C’était acquis je serais la seule dans la famille à ne pas me reproduire, laissant s’éteindre une branche de l’arbre familial étant fille unique.

Et pourtant…

A la surprise générale ma protubérance ventrale n’est pas due à mon aérophagie !

 

Mais que s’est-il donc passé, la machine intérieure s’est-elle mise en branle d’un coup, précipitée par l’âge ?

Est-ce la peur de vieillir sans avoir laissé une trace de soi et éventuellement un enfant pour payer la maison de retraite qui fait que finalement sans conviction je me lance dans l’aventure ?

Rien de tout cela …

Faire un enfant est une décision importante dans une vie et qui ne se prend pas à la légère, qui doit mûrir et faire son chemin.

Vous me direz qu’à 42 ans il serait temps que ça mûrisse sinon le fruit sera gâté et pourri !

Mais pourquoi faisons-nous un enfant ?

Pour soi ? Pour lui ?

Je dirais pour nous, un nous englobant moi, lui et le bébé.

L’envie de faire un bébé est née d’une union et d’une envie de prolonger cet amour en partageant quelque chose d’unique, un bout de nous devenant une propre entité.

Magie de la vie que d’être transmise ainsi.

Désir d’apporter à un être nos expériences, à transmettre la somme de ce qu’on a appris, non pas seulement les connaissances mais aussi notre philosophie, notre long cheminement qui jour après jour nous construit.

Alors point d’horloge qui battrait juste dans le cœur d’une femme lui ordonnant de procréer, mais un désir qui se décide à deux quand la force de l’amour est suffisante pour qu’une tierce personne vienne s’immiscer entre nous pour qu’on forme une famille.

L’attente fut longue pour trouver la personne avec qui j’avais envie de bâtir ça, cela aura pris 5 ans de tentative avec une fausse couche il y a trois ans.

J’aurais pu désespérer, j’aurais pu avoir recours à des techniques d’aides à la procréation mais non même si je n’y croyais plus et que j’essayais de me persuader que ce n’était pas grave, qu’on avait tenté et que tant pis si ça ne se faisait pas, que c’était comme ça, on s’était rencontrés trop tard et nos corps ne pouvaient pas nous donner cet enfant.

Alors oui j’aurai 42 ans quand Princesse Alien pointera le bout de son nez dans le monde réel, et même si je suis bien consciente que c’est plus difficile de tomber enceinte à cet âge, finalement on y est arrivés et je suis heureuse de mettre au monde un bébé à cet âge là, à ce moment de ma vie où on est plus serein, où on appréhende moins, où on saura plus facilement faire face.

Avant ce n’était pas possible, pas avant cette rencontre, pas avant que je ne sois prête à donner et tant mieux si pour certaines ce moment arrive plus tôt mais pour moi il aurait été impossible de donner la vie il y a 20 ans ou même 10 ans.

Puis en définitive 42 c’est un beau nombre pour donner la vie !

Et c’est sans doute parce que j’aime les enfants que je n’ai pas voulu en faire un n’importe comment et n’importe quand.

 

-------


Ce blog est inscrit au concours Cosmopolitan "meilleurs espoirs blogs". Il y a des Tabbee à gagner, je ne sais pas ce que c'est mais ça à l'air cool.

Bon par contre il reste peu de temps pour voter (jusqu'au 20 décembre) alors je compte sur vous pour cliquer sur le lien ci-dessous ou sur le l'image dans la colonne de droite.

Vous pouvez voter une fois par jour !


macaron

Posté par sayyadina à 09:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

28 novembre 2010

Dans quel état j’erre à l’approche de la grande rencontre

J’ai entamé depuis quelques jours mon 8ème mois et dernier mois de grossesse, vu que ma grossesse n’ira pas jusqu’à son terme à cause de la cholestase gravidique.

C’est sereinement que je me prépare à vivre ces dernières semaines, jours avant la rencontre et nos vies qui vont prendre une nouvelle route.

Il reste tellement de choses à faire, des textes à écrire avant cette naissance si attendue qu’elle en était devenu inespérée.

J’ai eu ma dernière écho officielle - j’en aurai une autre de contrôle mardi – la semaine dernière et tout va bien, Princesse Alien est un gros bébé qui pèse déjà 2 kg et serait estimée à 4kg à terme.

 

J’entends battre son cœur trois fois par semaine, des moments magiques, un des rares actes médicaux féériques.  Elle est vive et active, aucune souffrance fœtale n’est décelée.

Pour plus de précaution je serai hospitalisée à partir du lundi 6 décembre pour une surveillance accrue avant déclenchement autour du 16 décembre (36SA).

Mes démangeaisons sont toujours aussi présentes et ne me laissent que rarement des phases de répits sournois pour mieux redémarrer ensuite. Mes taux de sels biliaires font le yoyo passant de 64 à 36, difficile de se fier à ces résultats. J’ai hâte que tout ça soit derrière moi et que le sourire de l’alien efface ces mois d’enfer.

 

Tiens en parlant de sourire, une question évidement que se pose la parturiente en fin de parcours est de savoir à quoi va donc ressembler son bébé.

Va-t-elle avoir de grands yeux pour mieux me charmer ? De grandes dents pour me dévorer de son sourire ravageur ? Sera-t-elle blonde comme moi ou brune comme Mezcal ? Et le menton ? Et le nez ? Et le front ? Et la tête ? Alouuuuuuuuuuuuuuuuette !

Dans notre imaginaire on se fabrique une image qui forcément sera différente de la réalité. Je la vois brune avec de belles boucles et des yeux bleus profond.

Heureusement il y a le morphing qui permet aux futurs parents curieux de faire des simulations à partir de photos d’eux.

http://www.morphthing.com/

Voilà donc d’après ce site à quoi devrais ressembler Princesse Alien, ça sera marrant de comparer dans quelques mois si le morphing est une technique fiable.

Cyann2_JPG

 

cyann1_jpg

 

 

Pas mal n’est-ce pas ? Bon c'est en mode blondinette mais apparemment pour le logiciel, l'origine "caucasienne" des parents signifie systématiquement blond aux yeux bleus.

 

C'est mieux que si j’avais fait un bébé avec Maitre Yoda ?

Baby_of_Yoda_and_DSCF0111_JPG

 

Ou avec Einstein?

Baby_of_Albert_Einstein_and_HPIM6992_JPG

 

-------


Ce blog est inscrit au concours Cosmopolitan "meilleurs espoirs blogs". Il y a des Tabbee à gagner, je ne sais pas ce que c'est mais ça à l'air cool.

Bon par contre il reste peu de temps pour voter (jusqu'au 20 décembre) alors je compte sur vous pour cliquer sur le lien ci-dessous ou sur le l'image dans la colonne de droite.

Vous pouvez voter une fois par jour !


macaron

Posté par sayyadina à 12:18 - - Commentaires [8] - Permalien [#]